Mort du détenu politique Latif Radji menotté : les députés Démocrates accusent la rupture et exigent des sanctions.

De sa détention à sa mort, le triste sort du jeune étudiant Latif Radji fait prisonnier par le régime de Patrice Talon doit être élucidé. Lors d’une déclaration de presse tenue le jeudi 4 juin 2024, telle a été la principale exigence des députés du parti de l’opposition béninoise « Les Démocrates ». Selon ces derniers, les acteurs de ce traitement inhumain sur ce jeune innocent qui a simplement réclamé des élections justes, équitables, libres et transparentes dans son pays pour se faire arrêter doivent être sanctionnés. Ils ont exprimé leur tristesse face à ce que la rupture a fait du Bénin.

DÉCLARATION DE PRESSE DU GROUPE PARLEMENTAIRE “LES DEMOCRATES“
(au sujet du décès du détenu Latif RADJI)

Il est universellement reconnu que la prison n’est pas un lieu de soin, et de ce fait, le maintien en détention d’une personne gravement malade pose un problème au regard de l’exigence de respect de la dignité des personnes détenues.

L’article 8 de la constitution du Bénin nous enseigne : je cite.
« La personne humaine est sacrée et inviolable.
L’État a l’obligation absolue de la respecter et de la protéger. Il lui garantit un plein épanouissement. A cet effet, il assure à ses citoyens l’égal accès à la santé, à l’éducation, à la culture, à l’information, à la formation professionnelle et à l’emploi. “ Fin de citation

Et l’article 18 de la même constitution dispose : je cite.
“ Nul n’a le droit d’empêcher un détenu ou un prévenu de se faire examiner par un médecin de son choix. “ Fin de citation


La sacralité de la vie humaine signifie dans sa version positive, que la vie humaine a une valeur spéciale et qu’elle mérite et doit être protégée et respectée ; et dans sa version négative, elle ne peut être prise sans adéquate justification.
Il est aussi universellement reconnu qu’une personne détenue ne devrait pas être maintenue dans les liens de détention si son pronostic vital est engagé ou si son état de santé physique ou mental est durablement incompatible avec la prison.
Tous ces enseignements semblent échappés aux barons de notre gouvernement.
Voilà certainement pourquoi le pouvoir de la rupture, une fois encore a accablé notre pays par une image insoutenable, inadmissible et profondément horrifiante. Il s’agit de l’image du jeune Latif RADJI, malade, enchaîné dans un lit d’hôpital jusqu’à ce que mort s’ensuive.
Et dire que cela se passe dans un pays démocratique, on en est plus encore choqué, répugné et profondément révolté.
Le compatriote Latif RADJI était bien portant et ne faisait l’objet d’aucune pathologie au moment où il a été arrêté dans le lot des prisonniers politiques, pour avoir réclamé des élections équitables dans son pays. C’était un jeune étudiant plein de vie.
Latif RADJI, est donc mort en martyr pour la démocratie et les libertés fondamentales et mérite à ce titre sa place dans nos cœurs que dans le panthéon de notre histoire, aux côtés des victimes de Cadjèhoun, d’Abomey-Calavi, de Savè, de Tchaourou, de Kilibo, de Bantè qui ont froidement péri sous les balles assassines de la rupture.
Le régime du Président Patrice TALON est connu pour être un pouvoir sans foi ni loi, mais aussi crapuleusement et de plus en plus, et à travers ses tristes faits d’armes, il s’illustre comme un pouvoir cruel et sans cœur.
Il faut être un pouvoir cruel et sans cœur, pour priver un pensionnaire carcéral malade, de soins appropriés jusqu’à l’aggravation du tableau clinique.

Il faut être un pouvoir cruel et sans cœur pour garder enchaîné et sous assistance respiratoire, un prisonnier malade dans un lit d’hôpital, alors que le pronostic vital de ce dernier est engagé.

Il faut être un pouvoir cruel et sans cœur pour maintenir enchaîné dans un lit d’hôpital un prisonnier malade jusqu’à ce qu’il passe de vie à trépas dans l’humiliation et surtout l’indignité.

A travers cette sortie publique, les députés du groupe parlementaire LES DEMOCRATES condamnent ce traitement inhumain et foncièrement dégradant qu’a subi jusqu’à sa mort le compatriote Latif RADJI.
Les députés du groupe parlementaire LES DEMOCRATES dénoncent cette déshumanisation de notre pays depuis 2016 et réitèrent l’exigence d’une ouverture d’enquête impartiale sur les conditions de décès de notre compatriote Latif RADJI.

Sur toute la ligne, de la maison d’arrêt au sommet du ministère de la Justice en passant par son lieu de garde-à-vue et la juridiction qui a connu de son dossier, les responsabilités doivent être situées et les fautifs, châtiés à la hauteur de leur forfait.

Les députés du groupe parlementaire LES DEMOCRATES attirent une fois encore l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur l’enfer à ciel ouvert qu’est devenu le Bénin du Nouveau Départ.

Nos profondes compassions aux familles éplorées et paix à l’âme du défunt

Vous pouvez aussi lire :

ACTUALITES

Vie parlementaire

Reportages

Discours

Vidéos